29.5.15

Osun

 
 
La plupart du temps, nos rêves n'ont ni queue ni tête. Plus rarement, ils sont tellement fabuleux qu'ils en deviennent troublants. C'est le cas d'un rêve que j'ai fait récemment.
Sur une petite place un groupe de personnes se tenait autour d'une femme vêtue et coiffée de blanc. Au moment où je m'approchai du groupe, la femme demanda si certains d'entre nous désiraient connaître leur Orixá (Orisha). Les Orixás sont les divinités de la religion Yoruba, et chaque être humain se trouve sous la protection de l'une d'entre-elles.
Je levai la main, curieuse de savoir quel était le mien… La femme secoua alors quelques menus objets qu'elle tenait au creux de sa main, fit quelques signes mystérieux avec une craie sur un tableau et me dit : "Osun. Ton Orixá est Osun."

Osun ? Dans le rêve, et une fois éveillée, j'ai pensé que ça n'était probablement pas un nom d'Orixá. Mon approche, très sommaire, de cette religion s'est faite il y a très longtemps par le biais de la culture brésilienne, car quand on s'intéresse au Brésil on tombe fatalement sur le nom des divinités principales, ainsi je me souvenais bien de Iemanjá, de Xangô, d'Ogum, d'Oxalá… Osun, par contre, ne me disait rien du tout. Par habitude, j'ai entré "Osun" dans un moteur de recherche et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu'Osun, Oxum au Brésil, était bel et bien le nom d'une déesse du panthéon Yoruba !

J'étais stupéfaite que le rêve m'ait donné le nom d'une véritable divinité, et qu'il me l'ait donné sous une forme que je n'avais probablement jamais vue. Si le hasard n'existe pas, comment qualifier cela ? Si la femme du rêve avait dit Oxum, j'aurais pu penser que le rêve était allé pêcher dans le souvenir d'une lointaine lecture, mais cette Osun inconnue, venue en rêve je ne sais comment, c'était par trop étonnant.
 
Oxun est la déesse des eaux douces, des fleuves, des lacs. C'est aussi la déesse des arts et de la beauté. Son attribut est le miroir et sa couleur l'or. Cette filiation pourrait expliquer ma soif inextinguible de beau et ma tendance à couvrir de peinture dorée tout ce qui me tombe sous la main : je suis probablement véritablement "fille d'Oxum".
Il y a même un degré de plus dans l'extraordinaire car j'ai fait ce rêve au bout d'une longue nuit d'insomnie au cours de laquelle j'ai désespérément prié le ciel de m'accorder enfin la chance et la fortune. C'est un peu comme si ce rêve était la réponse : "Adresse-toi à Oxum !", car il se trouve qu'Oxum est également la déesse dispensatrice de la richesse et de l'abondance.

Tout cela n'est-il pas extraordinaire ?
J'imagine qu'une personne initiée au Candomblé trouverait cela normal. Les enfants d'Oxum ont, paraît-il, des qualités médiumniques, d'ailleurs, la plupart des prêtresses du culte, les Mères de Saints, sont filles d'Oxum.
J'ai étudié le portugais avec l'intention d'aller vivre au Brésil. Cela ne s'est pas fait. Qui sait si cette passion pour le Brésil n'était pas le travail de mon Orixá pour m'attirer là où m'appelait mon destin. Peut-être est-il d'ailleurs en train de me relancer. Si j'en crois des articles trouvés sur internet, la voie des Orixás passe souvent par le rêve…

Aucun commentaire: